Giovanni Pinna ( né à Turin en 1939 ) est professeur de paléontologie et muséologue. Il a travaillé de 1964 à 1996 au Muséum d'Histoire Naturelle de Milan, le plus grand musée d'histoire naturelle d'Italie, d'abord en tant que conservateur de paléontologie, ensuite comme directeur de 1981 à 1996.

Son activité scientifique est principalement centrée sur l'étude des ammonites, des reptiles triassiques et des crustacés fossiles, sujet de nombreux travaux. Parmi les résultats scientifiques plus marquants, on peut signaler la découvertes des gisements du Jurassique inférieur de Osteno, sur le Lac de Lugano, un des rares gisements où sont conservés les parties molles des organismes fossiles, la découverte et la description de la nouvelle classe de crustacés fossile Thylacocephala et la description de nouveaux genres de reptiles fossiles.

Il s'est en outre intéressé au problèmes de extinctions de masse et dans diverses études a avancé une théorie alternative à l'hypothèse catastrophiste; il est en effet totalement opposé à l'idée que la chute de météorites ait causé l'extinction des dinosaures et de beaucoup de taxa à la fin du Mésozoique.

Au cours des quinze années où il a dirigé le Muséum d'Histoire Naturelle de Milan il a complètement renouvelé cette institution, qui, après les destructions de 1943, avait été reconstruit selon des critères d'exposition archaiques. Il a donné une nouvelle organisation aux sections scientifiques, aux laboratoires et aux bureaux, a augmenté le personnel scientifique, a enrichi les collections, a donné plus de moyens à la bibliothèque, a permis la mise à jour des archives historiques, a donné de l'impulsion à la recherche scientifique et à l'activité didactique, a mis en marche une activité d'exposition permanentes et a renouvelé une grande partie des 5000 m2 d'exposition. Il a surtout instauré un merveilleux rapport entre le musée et la ville. Grace à ce renouveau, au début des années '90, le musée de Milan était considéré l'un des sept grands musées d'histoire nautrelles d'Europe, à côté de ceux de Madrid, Vienne, Paris, Londres, Francfort etStockholm.

De 1980 à 1996 il a dirigé le Planétarium de Milan et en a renouvelé l'organisation et le fonctionnement.

Parmi les initiatives culturelles les plus marquantes, il faut citer le sauvetage de la wunderkammer du XVII de Manfredo Settala, dont le matériel, sorti des cartons où il était entreposé à la Bibliothèque Ambrosiana, a pu être exposé au public pour la première fois depuis des décennies au cours de l'exposition Musaeum Septalianum.

D'autres informations sur l'activité de Giovanni Pinna  comme directeur du Musée de Milan peuvent être trouvés dans ses rapports d'activité et dans la commémoration du 150 ème anniversaire de la fondation du musée:

Pinna G., 1984 - L'attività del Museo Civico di Storia Naturale di Milano negli anni 1980, 1981, 1982. Museo di Storia Naturale Milano.

Pinna G., 1988 - L'attività del Museo Civico di Storia Naturale di Milano e del Civico Planetario negli anni 1983, 1984, 1985. Natura,79.

Pinna G., 1988 - Museo Civico di Storia naturale di Milano 1938-1988: 150 years of science. Atti della Società Italiana di scienze Naturali e del Museo di Storia Naturale di Milano, 129.

Pinna G., 1989 - L'attività del Museo Civico di Storia Naturale di Milano e del Civico Planetario negli anni 1986, 1987, 1988. Natura, 80,.

Pinna G., 1993 - L'attività del Museo Civico di Storia Naturale di Milano e del Civico Planetario negli anni 1989, 1990, 1991. Natura, 84.

En ce qui concerne l'activité dans le champs de la muséologie, il faut signaler surtout le livre publié en 1980 avec Lanfranco Binni " Museo. Storia di una macchina culturale dal cinquecento ad oggi". Ce livre peut être considéré comme le premier manuel de muséologie publié en Italie après la seconde guerre mondiale et il est considéré aujourd'hui comme un classique de la muséologie italienne. Il a servi de texte de formation pour la plupart de ceux qui travaillent dans les musées italiens ou dans les organismes de protection du patrimoine.

Son activité est actuellement centrée sur l'étude de la sociologie des musées, sur l'organisation intellectuelle et sur les mécanismes de production culturelle de ces institutions, sur le rapport entre musées et société et entre musées et pouvoir.

Il développe une activité de conseil muséologique, ceci également dans le cadre de la coopération internationale. Ses expériences les plus récentes dans le domaine des projets muséologiques ont eu lieu autour du Shaanxi History Musem of Xi'An et au Musée national de Damas. Il est conseiller scientifique du Musée National de la Scienza e della Tecnologia de Milan.

Il dirige une collection de volumes sur la muséologie publiée par RCS sous la marque ETAS.

En 1999 il a fondé la revue semestrielle consacrée aux études muséologiques NUOVA MUSEOLOGIA, dont il est le directeur.

Il travaille a un livre sur le contrôle politique sur les musées.

Giovanni Pinna est en outre très impliqué dans l'activité de l'International Council of Museums (ICOM), organisation non gouvernementale à l'intérieur de laquelle il a, au fil des ans, recouvert plusieurs charges:

Il a été membre de l'exécutif de ICOM ITALIA de 1976 à 1981

il a été viceprésident de ICOM ITALIA de 1981 à 1984 et de 1993 à1996

il a été président de ICOM ITALIA de 1997 à 2000

il a été réélu président de ICOM ITALIA pour 2001-2003

en 1999 il a été élu président de l'International Committee Historic House Museums de l'ICOM, qu'il avait créé, charge qu'il a conservée jusqu'en 2002

en 2001 il a été élu membre de l'Executive Council of ICOM pour la période 2001-2004.

En tant que président de l'ICOM ITALIA il a convaincu le Gouvernement italien à concéder à tous les membres de l'ICOM l'entrée gratuite dans les musées, les sites archéologiques et les monuments nationaux. A la suite de quoi beaucoup d'administrations locales ont permis aux membres de l'ICOM l'accès gratuit à leurs musées.